QUEL AVENIR POUR LE PEAD ?

Aujourd’hui, en fin d’après-midi, le conseil d’administration de la Fédération française des Banques Alimentaires, soutenu par un grand nombre de présidents de son réseau, s’est rendu à la délégation française de la Commission Européenne à Paris. L’objectif de cette démarche est de réaffirmer la mobilisation des Banques Alimentaires pour le maintien du PEAD (Plan Européen d’Aide aux Démunis) dès 2012.


L’aide alimentaire en danger ? Des millions d’européens touchés !
Le niveau très faible des stocks de matières premières agricoles et le jugement de la Cour Européenne de justice du 13 avril dernier renforcent le sentiment des associations d’aide alimentaire sur le fait que le sort des plus démunis est en danger. La baisse prévue de 400 millions d’Euros reviendra à priver plus de 2 millions d’Européens d’aide alimentaire. En France, ce sont près de 200 000 personnes que les Banques Alimentaires françaises ne pourront plus aider soit plus du quart des personnes qui dépendent au quotidien de leur action. Et pour les autres, la conséquence sera un appauvrissement de la qualité nutritionnelle de l’aide fournie.


Un nouveau règlement pour pérenniser l’idéal de solidarité européenne
L’adoption d’un nouveau règlement permettrait de convaincre les Etats de la nécessité de conserver le PEAD et de manifester la solidarité de la communauté au profit des citoyens victimes des aléas de la vie. Ce nouveau règlement s’articule autour de 6 axes principaux:
- confirmer le maintien du PEAD dans la Politique Agricole Commune dont l’un des objectifs est la stabilité des marchés et la garantie de prix raisonnables pour les consommateurs ;
- prendre acte de la volonté du Parlement Européen de pérenniser le PEAD, « vital pour des millions de personnes dépendantes de l’aide alimentaire » ;
- traduire la nécessité d’adapter le règlement du PEAD aux évolutions du marché et de se libérer du seul recours aux stocks d’intervention ;
- fixer une enveloppe triennale pour le PEAD à 500 M€, avec possibilité de révision ;
- confirmer le cofinancement de ce programme par les Etats membres à 25%, et à 10 % pour les pays bénéficiant du fonds de cohésion ;
- affirmer la nécessité des contrôles administratifs et physiques du PEAD pour éviter fraudes et accidents sanitaires.


Des Banques Alimentaires également actives sur leur territoire
Au plus près du terrain et des bénéficiaires finaux, les Banques Alimentaires ont depuis un mois, manifesté leur inquiétude auprès de leurs députés et sénateurs. Cette sensibilisation des élus a fonctionné. Un certain nombre d’entre eux a d’ores et déjà posé des questions écrites au gouvernement. A la suite de l’opération d’aujourd’hui, ce sera au tour des députés européens d’être interpellés par les Banques Alimentaires. « Nous ne pouvons pas nous contenter de promesses…5000 associations et 750 000 personnes bénéficient aujourd’hui de notre action et notre mission sociale est indispensable ! » réaffirme Alain Seugé, président de la Fédération française des Banques Alimentaires.


En savoir plus : www.banquealimentaire.org


Contact presse – Service de la communication FFBA
Laurence Champier – 01 49 08 04 84 & 06 03 82 61 70
laurence.champier@banquealimentaire.org