Le mot du Président

Corps

 

Photo
Jean Goyet
Président BA42

d’approvisionnement en sources d’énergies, gaz et électricité notamment, et à l’augmentation du coût de celles-ci.
L’inflation qui a atteint des niveaux inédits depuis plusieurs décennies aura plongé l’économie mondiale, dans un ralenti généralisé.

Compte tenu de ces constats, ajoutés au ralentissement très marqué de l’activité économique en CHINE en proie, à nouveau, à une remontée du COVID, les experts prévoient qu’en 2023 nous devrons faire face à des défis importants.
2023 sera donc une année à haut risque. On parle même d’une récession économique, même si, d’après les plus optimistes, elle devrait être limitée.

La Banque Alimentaire, forte de ses 150 bénévoles et de ses quatre salariés, est, comme les années précédentes, prête à relever le défi. Pour satisfaire aux expressions du temps, nous avons les ressources humaines. Nos bénévoles sont motivés. Ils font preuve d’une assiduité exemplaire et d’un engagement dans la durée remarquable.

Mais la bonne volonté ne suffit pas.

Nous devons relever d’autres défis pour accomplir notre mission qui est, en premier, de venir en aide aux plus démunis de nos concitoyens. Nous sommes constamment en recherche de sources d’approvisionnement. Je l’ai déjà évoqué, notre poste de ramasse est en diminution.
Les produits frais récupérés baissent en quantité et surtout en qualité.

Je profite de cet instant pour lancer un appel à nos donateurs en particulier du monde agricole. Nous devrions pouvoir lier un partenariat équilibré.

L’autre défi à relever, et il est « de taille », c’est le besoin impérieux de ressources financières. Nos frais de fonctionnement augmentent de façon inquiétante. La Banque Alimentaire existe et résiste grâce aux subventions que les pouvoirs publics veulent bien nous allouer, et aux dons de nos généreux mécènes. Qu’ils en soient les uns et les autres chaleureusement remerciés.

Permettez-moi de rappeler que chaque année la Banque Alimentaire, distribue, à travers ses 65 associations partenaires, 2 260 tonnes de denrées alimentaires, soit l’équivalent de 4 500 000 repas. Ce qui représente, après la prise en compte de la valeur mercuriale des marchandises et de la main d’œuvre, une économie pour le contribuable de l’ordre de 8 300 000 euros, par an.

Aussi, en cette nouvelle année pleine d’inconnus, je souhaite à chacun de vous, une bonne santé, un fort enthousiasme et un courage inébranlable pour accomplir notre mission de solidarité

Nous sommes tous des volontaires et il n’y a rien de plus solide que le cœur d’un volontaire.
 

               Amitiés à tous

                                                                                                                         Jean Goyet

                                                                                                  Président de la Banque Alimentaire de la Loire